الذكري الثلاثون للربيع الامازيغي , ما الذي بقي من الكرامة

    شاطر
    avatar
    diego

    مساهمات : 295
    تاريخ التسجيل : 09/04/2010
    العمر : 55
    الموقع : علي ناصية الطريق

    الذكري الثلاثون للربيع الامازيغي , ما الذي بقي من الكرامة

    مُساهمة من طرف diego في الجمعة أبريل 16, 2010 1:26 pm





    30e anniversaire du printemps berbère :
    Identité, vos papiers !



    Dimanche 20 avril 1980. « A 4hl5 du matin, alors que
    tout le monde s’était endormi à l’issue d’une longue réunion jusqu’à 3h,
    plusieurs compagnies d’agents des forces de l’ordre (gendarmes mobiles,
    CRS) donnent l’assaut. Ils sont casqués et armés de fusils, baïonnette
    au canon, matraques, grenades lacrymogènes... Ils ne tirent pas de
    balles mais, en revanche, ils pénètrent violemment dans les chambres de
    la cité universitaire et matraquent tout le monde. Coups de crosse et de
    baïonnette pleuvent sur les étudiants. » Le témoignage de Rachid
    Chaker, enseignant en économie à l’université de Tizi Ouzou à l’époque,
    témoigne de la férocité de la répression qui s’est abattue sur les
    acteurs de la première révolte populaire de l’Algérie indépendante.


    Raison directe de la colère
    officielle : l’invitation faite à Mouloud Mammeri de tenir une
    conférence sur la poésie kabyle. Mais derrière se cachait une raison
    d’Etat : le refus de toute voix indépendante de l’orthodoxie officielle.

    Qu’est-ce qui a changé depuis, 30 ans plus tard ? Presque rien. Le
    régime sort toujours ses vieilles rengaines aux allures de marches
    militaires : la matraque, la « main de l’étranger », l’« union sacrée »,
    les « constantes nationales », « espèces de harkis ! », etc. Selon le
    dogme dominant, on est Algérien, musulman et Arabe ou on ne l’est pas.
    Car personne ne croit plus aux discours des officiels autour de
    l’identité amazigh tant que cette dimension de l’Algérien (du Maghrébin)
    n’est soutenue par aucun dispositif légal ou académique.

    Et le déni de la multiculturalité des Algériens frappe au quotidien.
    Quand un ancien chef de gouvernement proclame le malékisme comme seul et
    unique rite pour les Algérien. Quand on traque les chrétiens algériens
    comme des criminels. Quand on folklorise les cultures des Touareg. Quand
    on déclare apostasie toute liberté de pensée ou de croyance. Quand un
    climat malsain imposé par le discours bigot favorise les insultes
    impunies contre les juifs, les athées, les femmes, les homosexuels, les
    francophones, les binationaux... Est-ce de l’extrapolation ? Non, car
    fermer les yeux sur un seul déni ouvre la voie à toutes les dérives, à
    tous les fascismes. Et nous sommes sur la bonne voie : on ne peut parler
    d’identité dans un climat liberticide où même les salons du livre et
    les galas dans les cités U sont surveillés comme des maquis hostiles.

    L’Algérien, bafoué quotidiennement dans ses droits, peut-il être à
    l’aise avec son identité ? L’Algérie est un pays fragile, construit sur
    des mythes exclusifs et des arsenaux répressifs. L’Algérie a raté
    l’occasion de devenir un pays fort, riche de sa multiculturalité et de
    la confiance des Algériens en leurs gouvernants.






    Par Adlène Meddi el watan

    ?? ?? ???????? ?? ?? ??? ?? ??? ?????? ??????
    avatar
    ايكاروس

    مساهمات : 42
    تاريخ التسجيل : 10/04/2010

    رد: الذكري الثلاثون للربيع الامازيغي , ما الذي بقي من الكرامة

    مُساهمة من طرف ايكاروس في السبت أبريل 17, 2010 6:15 am

    منهرفش الرومية...؟؟؟؟ Laughing
    avatar
    diego

    مساهمات : 295
    تاريخ التسجيل : 09/04/2010
    العمر : 55
    الموقع : علي ناصية الطريق

    رد: الذكري الثلاثون للربيع الامازيغي , ما الذي بقي من الكرامة

    مُساهمة من طرف diego في السبت أبريل 17, 2010 4:01 pm

    ايكاروس كتب:منهرفش الرومية...؟؟؟؟ Laughing
    ههههههههه
    انها اللغة الرسمية ههههههه الا تعرف لغة وطنك , اليست البطاقة البيومترية مكتوبة بها هههههههههه


      الوقت/التاريخ الآن هو الثلاثاء أكتوبر 24, 2017 10:31 am